Les élèves ayant participé à la remise du prix...

par Valerie N

Le mardi 14 janvier 2020 nous sommes allés au lycée Claude Monnet à Paris pour assister à la remise du prix lycéen du livre de SES, adressé au couple de sociologues Monique et Michel Pinçon Charlot pour leur bande dessinée "Les Riches au tribunal". Nous avons pu rencontrer leur équipe d’édition et leur dessinateur, ainsi que le sociologue Stéphane Beaud pour son oeuvre sociologique "La France des Belhoumi". J’ai beaucoup apprécié ces séances de questions-réponses avec les auteurs. Tout d’abord avec monsieur Beaud, j’ai trouvé intéressant le fait qu’il nous ait expliqué comment s’est déroulée son enquête sur 4 années, le fait qu’il ait effectué des entretiens avec chacun des membres de la famille Belhoumi, la difficulté qu’il a eu à pouvoir s’entretenir avec les frères et les comportements que ces frères et soeurs pouvaient avoir. Ensuite, avec le couple Pinçon-Charlot ainsi que leurs éditeurs et leur dessinateur, j’ai apprécié ce qu’ils ont pu nous raconter sur leurs manières de rencontrer le milieu social de la bourgeoisie sur lequel ils mènent des études depuis de nombreuses années, comment ils ont réussi à garder des attaches avec ce milieu malgré le fait de les “dénoncer” (du moins dénoncer leurs pratiques, comme ils le font par exemple dans le livre "Les Riches au tribunal" où ils dénoncent la pratique presque courante de l’évasion fiscale). En revanche, j’ai moins apprécié la tournure qu’a pris la conférence quand les lycéens posant des questions ont commencé à prononcer des sortes de discours politiques de plusieurs minutes, s’éloignant considérablement du sujet pour lequel nous étions présents : leur livre. Cependant ces rencontres m’ont tout de même beaucoup plu, et je suis reconnaissante d’avoir pu rencontrer des figures aussi importantes de la sociologie. J’ai aussi pu me rendre compte du profil des élèves présents à ces conférences, qui étaient assez amusant à observer.
Ema

J’ai trouvé que les deux conférences de la journée étaient intéressantes car elles m’ont permis d’être beaucoup plus renseignée sur le métier de sociologue et sur leur méthode de travail. En effet, Stéphane Beaud nous a bien expliqué comment il a mené ses recherches afin d’écrire sur la vie quotidienne d’une famille d’immigrés algériens en décrivant ses relations avec chacun des membres. Il a exposé son avis sur l’actualité, l’immigration et le gouvernement d’une façon discrète et modérée contrairement au couple Pinçon-Charlot. Néanmoins, les questions posées à ces derniers furent beaucoup moins neutres politiquement que celles posées au chercheur qui les a précédé. Malgré tout, j’ai trouvé leur point de vue très intéressant et enrichissant même s’il a pu paraitre trop orienté à certains de mes camarades.
Dania

Cette sortie a été très intéressante pour plusieurs raisons. D’une part, l’entretien avec les sociologues nous a permis de les connaître davantage, d’approfondir des questions sur leurs ouvrages, de découvrir véritablement en quoi consiste ce métier. Nous nous sommes rendus compte suite aux deux rencontres, qu’ils avaient des manières différentes de procéder et d’utiliser leurs sources pour appuyer leur propos. La réalisation du livre de Stéphane Beaud est principalement extraite d’entretiens entre l’auteur et les membres de la famille étudiée, tandis que les Pinçon-Charlot ont une méthode très particulière pour recueillir des données. Le récit de leurs intrusions dans les milieux aisés nous a bien fait rire. Par ailleurs, la présence d’autres lycées provenant de France ou d’autres pays a ouvert un échange varié entre les élèves et les sociologues, qui a débouché sur des questions d’actualité et de politique, ce qui fût plutôt original.
Emma

Nous avons rencontré Monique et Michel Pinçon Charlot auteurs de la bande dessinée "Les riches au tribunal", ainsi que le dessinateur Etienne Lécroart et deux éditeurs des maisons Seuil et Delcourt. Tous ont participé à la remise du Prix du livre de SES. Nous avons également rencontré l’auteur de "La France des Belhoumi" qui est Stéphane Beaud.
Ces rencontres ont été très enrichissantes puisque les auteurs nous ont expliqué dans quel contexte ces livres ont été écrits, quelles ont été leurs motivations, de quelle manière ils ont tiré toutes leurs informations. Stéphane Beaud s’est notamment toujours penché sur la question de l’immigration notamment suite à sa thèse où il a rencontré beaucoup d’ouvriers dont la majorité était des immigrés. C’est après s’être rendu à une Mission Locale en tant que sociologue, qu’une femme s’est plus ou moins dirigée vers lui et après une longue discussion, elle a souhaité partager l’histoire de sa famille à travers ce livre retranscrit par Stéphane Beaud. "La France des Belhoumi" est comme un symbole d’espoir pour redonner une image positive aux enfants d’immigrés qui a pu être faussée par les attentats terroristes. Michel et Monique Pinçon Charlot se sont eux toujours intéressés à la haute bourgeoisie, ils ont écrit beaucoup d’ouvrages qui portent sur le sujet. "Les Riches au tribunal" a donc été pour eux une opportunité de dénoncer l’évasion fiscale, devenue banale pour les très riches, par le procès de Jérôme Cahuzac qui lui même avait fait voté une loi contre l’évasion fiscale.
Les auteurs ont aussi répondu à un nombre important de questions qui ne portaient pas forcément sur le livre mais qui étaient en lien avec le fait sociologique ou économique montré dans le livre. Les discussions ont donc beaucoup tourné autour de la question de l’immigration, de l’intégration et des enfants d’immigrés... pour Stéphane Beaud et pour les Pinçon Charlot, les questions portaient sur la haute bourgeoisie, la démocratie... et Monique a abordé des thèmes tel que le néo-colonialisme dont on entend très peu parler.
Catherine

Mardi 14 janvier matin, nous avons pu écouter Stéphane Beaud nous parler de son livre "La France des Belhoumi". C’était intéressant de voir les difficultés qu’il a pu rencontrer pendant son travail, mais surtout on a pu comprendre comment s’écrit ce genre de livre, avec tout le processus, c’est à dire les entretiens et les mini-enquêtes avec la famille. Quand on lit un livre de sociologie on ne pense pas à tout le travail que cela a pu demander et on n’imagine pas l’envers du décor, c’était amusant de voir les choses d’un autre point de vue.
L’après-midi, on a pu assister à la remise du prix lycéen du livre de SES au Pincon-Charlot pour leur bande dessinée "Les Riches au Tribunal". Il était très amusant de voir les différentes interventions des élèves en fonction de leur établissement. J’ai personnellement préféré la première conférence que j’ai trouvée plus intéressante car plus centrée sur le livre, et donc plus concrète et moins politique.
Neige

J’ai trouvé cette journée très intéressante, j’ai pu m’intéresser aux procédés de réalisation d’un ouvrage de sociologie avec "La France des Belhoumi" de Stéphane Beaud. J’ai également largement apprécié la rencontre avec le couple Pinçon-Charlot que je connaissais déjà grâce à leurs précédents ouvrages. Le fait de participer à cette rencontre avec des élèves de milieux et lycées variés, m’a particulièrement intriguée et captivée puisque nous avons pu assister à des démonstrations oratoires fascinantes de leur part. Cela m’a alors permis de me rendre compte de la diversité des niveaux entre les écoles. Par ailleurs, les Pinçon-Charlot sont venus accompagnés de leur équipe de rédaction comprenant le dessinateur et les éditeurs, j’ai donc pu découvrir les dessous d’une bande dessinée, et le processus global qui ne se limite pas aux écrivains mais à une équipe plus large.
Julie

Pour ma part, les deux rencontres avec les auteurs m’ont beaucoup plu. J’ai apprécié la rencontre avec Stéphane Beaud car il a su nous expliquer et répondre à nos questions de manière simple et synthétique. Il a réussi à incarner un professeur de sociologie pour qu’on puisse comprendre en profondeur son œuvre. Lors de la rencontre avec les Pinçon Charlot, le fait de nous avoir présenté également l’illustrateur ainsi que les partenaires éditeurs nous a permis de comprendre l’ensemble du parcours de création de la BD. On sentait aussi la détermination des auteurs et on a compris à quel point c’était important pour eux de s’être lancés dans la création de cette BD. 
Diana